MENU

Comme promis, je vous partage aujourd’hui quelques grandes thématiques présentées lors du 4e Congrès de l’IPSN (Institut pour la Protection de la Santé Naturelle) les 8 et 9 décembre dernier.
Les contenus étaient tellement riches et variés que je ne pourrai pas tous les relater. Alors, pour résumer quelques-uns des grands enseignements, j’ai choisi de partager des citations d’intervenants :

« 70% des maladies actuelles sont liées à une mauvaise alimentation »

Dr Jacques Di Constanzo (Dr en médecine, médecin des hôpitaux et directeur de recherche en chirurgie expérimentale)

Par « maladies actuelles », on entend ce que l’on appelle souvent les « maladies de civilisation » pour lesquelles l’hygiène de vie et l’environnement sont des facteurs de risque importants dans leur développement. On retrouve par exemple : le diabète, l’obésité, les allergies, certains cancers, les maladies neuro-dégénératives ou les maladies cardio-vasculaires, voire même la dépression. Attention, il ne faut pas entendre que « seule l’alimentation est responsable de ces maladies », mais qu’une « bonne » alimentation peut contribuer à diminuer les risques de développer ce type de pathologies.

Mais qu’est-ce qu’une « bonne » alimentation ?

Alors là, vaste sujet ! Pendant le congrès, nous avons entendu parler de régime cétogène, de diète méditerranéenne ou encore de « zones bleues« . Bien sûr, les recherches sur les liens entre alimentation et santé sont actives et passionnantes. Mais il faut savoir aussi retrouver du bon sens ! Car, à vouloir tout maîtriser, on risque de développer des peurs, qui annuleront tous nos efforts pour cuisiner une assiette-santé optimale.

Voici donc ce que je considère être, aujourd’hui, les bases d’une « bonne alimentation » (ensuite, cela dépendra de votre état de santé,de votre âge, de vos activités, …) :

C’est avant tout une alimentation variée, qui est riche en nutriments et micro-nutriments (donc à base de produits peu transformés) et qui apporte des fibres pré-biotiques pour nourrir notre microbiote intestinal, véritable partenaire dans la digestion des aliments et notre immunité. Par ailleurs, choisir des produits locaux et cultivés selon le mode de production biologique permet de contribuer au respect de l’environnement, et donc à notre santé ! Mais il ne faut pas oublier non plus qu’une « bonne alimentation » est celle qui vous procure du plaisir, qui stimule vos sens (couleurs, aromates, textures, …) et qui est savourée dans le calme, pour mieux assimiler les nutriments.

« Soigner le symptôme, c’est comme couper les branches de l’arbre… ça repousse ! »

Linda Gobindoss (praticienne et conférencière, diplômée en science de la médecine ayurvédique après des études à Londres et en Inde)

Une très belle conférence sur la médecine Ayurvédique, qui rappelle l’importance de la prévention et de la considération de l’individu dans toutes ses dimensions dans cette culture ancestrale. En Ayurveda, être en bonne santé c’est « avoir un corps sain, un cœur épanoui et un mental apaisé ». Tout est dit !

« Mieux vaut 10 minutes tous les jours qu’1 heure par semaine »

Professeurs de Qi gong et de Yoga en ateliers

On entend souvent cela quand on parle de prévention : cette idée que des actions quotidiennes valent mieux qu’un footing le dimanche matin. Même si le footing du dimanche c’est très bien, je suis bien d’accord avec ce principe appliqué en Inde et en Chine depuis des millénaires via l’enseignement du Yoga ou du Qi Gong. Notre corps est fait pour être en mouvement, il déteste l’immobilité. Pratiquez donc quelques exercices d’étirements tous les matins, ou même pendant votre journée de travail, votre corps vous remerciera ! Et ce sera encore plus bénéfique si vous y mettez de la « conscience » en vous concentrant sur les muscles qui s’étirent ou sur votre respiration.

Pour vous donner des idées et comprendre les bienfaits d’une activité physique quotidienne, vous pouvez téléchargez le document de l’INPES « Bouger chaque jour, c’est bon pour la santé » : http://inpes.santepubliquefrance.fr/CFESBases/catalogue/pdf/1177.pdf

« L’Homme est un bout de sol à pattes »

Entendue au cours d’une conférence intitulée « Les trésors oubliés des mauvaises herbes. »

J’aime beaucoup cette citation qui remet un peu les choses à leur place ! Les recherches sur les symbioses plantes-champignons sont en plein essor et tendent à s’ouvrir à l’idée que nous ne sommes qu’une infime partie de l’écosystème qui nous entoure. Le fait que nous abritions 100 000 milliards de bactéries intestinales, soit 2 à 10 fois plus que le nombre de cellules de notre corps, est d’ailleurs la preuve que nous sommes déjà un écosystème ! Or, ces bactéries nous sont transmises par notre mère à la naissance, mais évoluent aussi en fonction notre alimentation et de l’environnement, donc du sol !

En résumé, la biodiversité est nécessaire au maintien de la vie. Préserver sa santé, c’est donc aussi, lorsqu’on le peut, cultiver un potager en permaculture ou apprendre à reconnaître quelques plantes autour de chez vous. Pour vous y aider, rendez-vous sur le site de Tela Botanica : https://www.tela-botanica.org/2018/11/missionbotanique/